Vous êtes ici
Accueil > Culture > Cinéma > Rencontres du 15è : les coulisses d’Hollywood avec O.Rajchman

Rencontres du 15è : les coulisses d’Hollywood avec O.Rajchman

hollywood ne répond plus - olivier rajchman - paris 15

Grâce à ce « véritable trésor » qu’est le journal de Joseph L. Mankiewicz, « on est dans la tête de ce très grand cinéaste, on a véritablement son ressenti, ses combats, ses objectifs, ses priorités quand il réalise Cléopâtre. Il raconte aussi comment il est pris dans la tourmente de la liaison entre Liz Taylor et Richard Burton, quand il est pris, à la fin, dans son combat contre le producteur Darryl F. Zanuck pour sauvegarder l’intégrité de son film. »

Le journaliste, Olivier Rajchman, auteur du passionnant ouvrage Hollywood ne répond plus (Ed. Baker Street) n’en revient presque toujours pas d’avoir eu à disposition ce document exceptionnel des mains d’Alex Mankiewicz, fille du célèbre réalisateur américain. Dans son livre, il raconte, de manière inédite, les coulisses de l’industrie du cinéma hollywoodien à travers l’histoire de trois films produits par la 20th Century Fox : les mythiques Cléopâtre et Le Jour le plus long, et l’inachevé Something’s got to give.

Nous avons rencontré Olivier Rajchman, habitant le 15ème arrt depuis une dizaine d’années, dans le quartier Falguière qu’il affectionne particulièrement. Il revient avec nous sur cette époque charnière de l’histoire du cinéma hollywoodien.

Richard Burton et Liz Taylor – Cléopâtre © 20th Century Fox

En deux mots, de quoi parle votre livre ?

Il évoque un moment précis de l’histoire de l’un des plus grands studios de l’histoire du cinéma, la 20th Century Fox, qui rassemble tous les talents, tous les caractères les plus forts qui puissent exister, à travers un très grand cinéaste, Joseph Mankiewicz, un très grand producteur, Darryl Zanuck, et deux stars, Marylin Monroe et Elizabeth Taylor, emblématiques d’un star system qui va basculer vers l’ère du « People ».

Lorsque Liz Taylor entame, sur le tournage de Cléopâtre, une liaison avec Richard Burton, celle-ci va être hautement médiatisée, pour la première fois par les paparazzi. Les deux amants vont être la proie d’une douzaine d’entre eux planqués devant chez eux, et même sur leur propriété, qui vont les traquer et les suivre lors de leurs déplacements sur les différents sites du tournage. Le star system, qui était à son apogée, bascule. Bientôt, il n’y aura plus de distance entre les spectateurs et les stars qui vont descendre de leur piédestal.

John Wayne (à gauche) dans Le Jour le plus long

En un siècle de cinéma, Hollywood foisonne d’anecdotes et d’histoires en tout genre, pourquoi avoir choisi de raconter l’histoire de ces trois films et de ce studio en particulier ?

Cette histoire est très révélatrice d’une époque mythique, l’apogée et le début de la fin de l’ère des grands studios hollywoodiens. Les films évoqués sont connus du plus grand nombre, avec des stars qui sont peut-être les plus grandes stars de l’histoire du cinéma. Et pourtant, les coulisses, la façon dont les films se sont faits, ce que ça dit de cette époque, a été assez peu décrit et raconté jusqu’à présent.

Cette histoire en dit long sur l’industrie du cinéma, sur la fin d’un certain âge d’or, sur la façon dont on faisait les films : avec des milliers de figurants, avec parfois une efficacité sur le plan de la gestion et de la production,… Cléopâtre est un contre-exemple de gestion, créé de façon anarchique, dans une gabegie absolument terrible, qui a presque menacé la santé du studio lui-même.

Cette histoire est exemplaire pour parler de cinéma en racontant les conflits de personnes, des histoires très humaines, de rivalités, de jalousie, de prise d’indépendance des stars, aussi bien Liz Taylor que Marylin Monroe. Elles sont très ambitieuses artistiquement, chacune à leur façon tout en étant très différentes par leur caractère et leur façon d’agir.

A côté de cette rivalité entre les deux actrices, pour moi qui suit passionné de cinéma et fan de Joseph Mankiewicz, c’était l’occasion d’évoquer la figure de ce cinéaste et de raconter son travail et son combat avec le producteur Darryl Zanuck. Nous avons deux grands créateurs qui ont une vision du cinéma, une vision des films. Zanuck, maître d’œuvre du Jour le plus long était davantage dans l’efficacité ; ce qui comptait pour lui était la forme, il ne faut pas lâcher le spectateur. Tandis que pour Mankiewicz le fond importe, la parole importe. C’est un cinéaste qui a fondé son cinéma, très romanesque, très shakespearien, sur la dynamique de la parole.

Liz Taylor est Cléopâtre

Vous dîtes que Cléopâtre a menacé la santé financière de la 20th Century Fox ? Qu’en est-il exactement ?

Cléopâtre  jouit d’une légende noire. Il aurait fait couler la Fox. Il aurait fallu attendre la sortie, en 1965, de la Mélodie du bonheur pour sauver le studio. En réalité, le film a été la plus grande recette de 1963. Le film ayant été une vraie gabegie financière, avec des abus absolument éhontés, les gens avaient décidé, notamment les critiques, de l’assassiner à sa sortie. C’est le film qui avait failli faire sombrer un studio. Donc, il ne fallait pas qu’il soit réussi, en se fichant bien des considérations artistiques.

Très vite, Zanuck reprend le contrôle et va mutiler Cléopâtre. Il va estimer qu’il doit être plus court, pour être plus souvent projeté, pour être plus efficace, avec moins de blabla, moins de dialogues. Mankiewicz avait déjà consenti un sacrifice en faisant un film de 4h03, au lieu d’un film en 2 parties de 3h chacune. Finalement, au bout de 2 mois à peine après sa sortie, Zanuck le réduit à 3h09. De ce jour-là, Mankiewicz na plus eu envie d’en entendre parler. Il l’a rayé de sa vie. Cela a été un traumatisme total. Il se réconciliera avec son film à la fin de sa vie.

Vous parlez d’une période charnière, de la fin des studios, de la prise d’indépendance des stars ? Qu’est-ce que cela signifie pour le profane ?

Hollywood était une immense usine à rêve, structurée par plusieurs grands studios, qui ont régenté des techniciens, des artisans, des metteurs en scène, des producteurs, des acteurs. Tous avaient des contrats longue durée, tous étaient un peu leur propriété. A la fin des années 1940, début 1950, les choses ont commencé à changer ce qui s’explique par une loi interdisant aux studios de distribuer leurs films. Le Maccarthisme a bâillonné des gens de grand talent et a sapé le moral. Les acteurs ont commencé à prendre leur indépendance, devenant leur propre producteur. Avec l’arrivée en force de la télévision, prenant une place de plus en plus importante, le cinéma, pour la concurrencer, va être obligé de produire plus beau, plus large, en couleur, d’où les superproductions, ancêtres des blockbusters actuels.

A cette époque, ce sont encore les studios qui font la loi mais plus pour très longtemps. Cette histoire montre comment ils s’effondrent avec parfois des irresponsables à leur tête et puis aussi parce que les goûts changent.

Joseph L. Mankiewicz, entouré de Richard Burton et de Liz Taylor sur le tournage de Cléopâtre

Finalement, qui est le « héros » de votre livre ?

Mon héros à moi, le fil rouge, c’est Joseph Mankiewicz. Il ouvre le livre et le clos. C’est l’artiste face à l’industrie. C’est celui qui ruse. Pour moi, c’est un stratège. Il faut avoir une santé énorme, monstrueuse. Il termine sur une civière. Il tournait le jour, écrivait la nuit, manageait les acteurs, s’occupait de production, des dépenses. Comment a-t-il pu tenir pendant 2 ans ? Ca relève du miracle !

Ce tournage l’a détruit partiellement pour la suite de sa carrière. Mais il a réussi son objectif qui était de faire un film personnel. Il a remporté sa bataille en faisant d’un péplum, dont on voulait que ce soit une sorte de Ben-Hur, un film a la fois somptueux visuellement, mais anti-spectaculaire, anti-péplum classique. C’est un film intimiste, dont les drames humains se racontent en gros plan.

J’ai aussi énormément de respect pour Darryl Zanuck, c’est un producteur à l’ancienne, peut-être le plus grand de l’histoire d’Hollywood.

Malgré la rigueur du contenu, votre livre est accessible à tous. Quel a été votre parti pris sur le plan de la narration ?

J’ai tenu à être dans l’authenticité la plus totale, en prenant le parti d’un récit romanesque sur la forme. L’idée était de satisfaire les cinéphiles, qui ont envie d’en apprendre plus sur le cinéma de cette époque, sur la façon de faire des films, mais aussi de plaire au lecteur pas spécialement cinéphile, qui découvrira une tragédie humaine, une histoire d’hommes et de femmes qui se sont battus et se sont aimés.

Avec ma formation d’historien, il était très important que le propos soit toujours précis, documenté, croisé, vérifié, le plus juste possible. On peut être plaisant dans le récit tout en étant au plus près de la réalité et de la vérité. En plus de mes recherches, j’ai rencontré l’assistant personnel de Darryl Zanuck sur le tournage de son film. J’ai eu affaire également aux témoins directs qui m’ont raconté leur Jour le plus long.

Cette vérité était une exigence dès le départ, expliquée à Alex Mankiewicz, lorsque je l’ai rencontrée. Je n’avais pas envie de mettre dans la bouche de son père des mots qu’il n’aurait pas prononcés. En disposant du journal de son père, c’est la voix intérieure d’un immense cinéaste, qui m’a permis d’être en communion avec lui. Peut-être que l’un des plus beaux compliments que j’ai pu recevoir vient d’Alex me disant « tu as magnifiquement saisi l’état d’esprit de mon père ». Pour moi c’était essentiel de me mettre dans la tête des différents protagonistes.

hollywood ne répond plus - livre - olivier rajchman - paris 15Hollywood ne répond plus est le livre indispensable de cet été, que l’on soit cinéphile ou non. Passionnant de bout en bout, il nous entraîne de l’autre côté de l’Atlantique, dans une époque révolue, que l’on a pourtant l’impression de vivre en temps réel. Foisonnant de détails précis et d’anecdotes, nous découvrons et suivons pas à pas, minutes par minutes, les protagonistes de ces aventures hollywodiennes qui auront marqué l’histoire du cinéma.

Olivier Rajchman est journaliste pour les magazines Télé Star et Studio Ciné Live, spécialiste des sagas et des portraits de stars. Son précédent ouvrage était une biographie croisée des deux montres sacrés du cinéma français, Delon / Belmondo (Ed. Timée).

Anne-Marie Leca
Anne-Marie Leca
Journaliste, créatrice de Valgirardin.fr, Anne-Marie vit et travaille dans le 15ème arrondissement depuis une quinzaine d’années.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Top