Vous êtes ici
Accueil > Histoire / Patrimoine > Collège de l’Immaculée-Conception

Collège de l’Immaculée-Conception

collège immaculée conception 1896 - vaugirard - paris 15

Cet imposant édifice, comprenant de plus un vaste jardin, bordait jadis la « Grande rue du village », aux actuel n°391-392 de la rue de Vaugirard. Il s’agissait du collège de l’Immaculée-Conception, édifié au XIXème siècle en plusieurs étapes successives. Laissez-moi vous narrer la riche histoire de ce lieu et vous comprendrez la raison de sa présence au sein de l’ancien village de Vaugirard.

33 rue blomet - paris 15
33 rue Blomet © Ayack 2011

Aux origines du collège

Au XVIIème siècle, Vaugirard constituait en effet une bourgade indépendante de Paris. Ce paisible lieu, habité depuis au moins le XIIIème siècle, comprenait dès son origine des exploitations agricoles. En témoigne l’ancienne ferme-grange du XVIIIème siècle, au 33 rue Blomet, présentée ci-dessus. A la même période, le bourg, en pleine expansion, comptait également moult résidences de campagne aux élégants jardins. Par exemple, Nicolas de la Reynie, célèbre lieutenant-général de la police sous Louis XIV, possédait une maison à Vaugirard près de la rue Olivier-de-Serres. Le Nôtre aurait lui-même emménagé le terrain de ce manoir. Nous pouvons également citer l’ordre des Théatins qui édifia, en 1661, une demeure à l’emplacement de l’actuel 389 rue de Vaugirard. Cette congrégation religieuse ne fut cependant pas la seule, ni la première, à s’établir en cette aimable localité.©

Vaugirard - Plan Roussel - 1731 - Paris 15
Détail du plan de Roussel : Paris, ses faubourgs et ses environs, 1731

Saint-Sulpice se met au vert à Vaugirard

Le plan de Roussel, datant de 1731, présente Paris et ses environs. Nous pouvons y observer le village de Vaugirard, avec ses champs, ses pâturages, ses jardins à la française, ses forêts et son artère principale. Un siècle auparavant, en 1641, l’abbé Olier érigea le séminaire de l’église de Saint-Sulpice à Vaugirard (à l’emplacement du trait rouge sur la carte) désormais aux N°354-356 de la plus longue rue de Paris. Une année plus tard, ce religieux devint curé de Saint-Sulpice. Il déménagea le séminaire à proximité du lieu de culte dont il avait la charge. La champêtre bâtisse de Vaugirard, propice au recueillement, abritât dès lors le noviciat, lieu de formation des futurs prêtres sulpiciens.

Mais l’endroit présentait un autre avantage. Les carrières de Vaugirard avoisinantes (présentes en bas de la carte) approvisionnèrent en pierre… le chantier de l’actuelle église de Saint-Sulpice dont la construction débuta en 1646 ! D’autres liens existent entre ce célèbre lieu de culte parisien et Vaugirard :

En 1752, les prêtres sulpiciens implantèrent une maison de campagne (longeant le trait pourpre) à proximité du noviciat. Cette institution occupait désormais la majeure partie de l’ensemble du lotissement délimité par les actuels rues Vaugirard, Desnouettes et… Olier. (Sur la pointe de l’îlot se dressait l’église médiévale de Saint-Lambert et sans doute son cimetière où nous pouvons observer 4 croix sur la carte). En 1755, Dulau d’Allemans, curé de Saint-Sulpice, acheta les jardins en face de ce complexe (bordant approximativement le trait vert) et les réaménagea. Il creusa un souterrain afin de réunir cet ensemble se trouvant des deux côtés de la Grande rue. (Hélas, ce passage disparu avec l’aménagement du métro). Les prêtres purent jouir de leurs possessions à Vaugirard jusqu’à la Révolution, quand leur concession « vaugirardienne » fut mise en vente.

collège immaculée conception - 1896 - vaugirard - paris 15
Anonyme, Collège de l’Immaculée-Conception en 1896. Compris dans lettres d’une grand-mère (H.Oudin, Paris, 1898), correspondances posthumes de la Comtesse de Ségur à son petit-fils, étudiant au collège de Vaugirard.

A en perdre son latin

En 1829, l’abbé Poiloup, directeur d’une école au 20, rue du Regard, souhaitait édifier une annexe dévolue à l’éducation des jeunes enfants. Pour ce faire, Il racheta en deux temps l’ancien complexe sulpicien et y édifia le Collège de l’Immaculée-Conception au sud de la rue de Vaugirard, à l’emplacement des jardins. Suite à des problèmes internes, les jésuites en prirent la direction en 1852. Edifié par les prêtres de Saint-Sulpice au XVIIIème siècle, racheté par l’abbé Poiloup en 1829, pour finalement être administré par la Compagnie de Jésus dès 1852 ! La riche histoire de ce lieu ne s’arrête pourtant pas là…

Les Jésuites, suite à de nombreux travaux, donnèrent au collège sa forme définitive. En 1870, ils édifièrent de part et d’autre du corps principal (le rond bleu), une chapelle (le cercle orange) et son symétrique le long de l’actuelle rue Lacretelle (et celui en vert). Nous pouvons également admirer les imposants jardins et par ailleurs observer, à droite, un train parcourant la petite ceinture ainsi que les baraquements de l’enceinte de Thiers !

Annexe université Assas - rue Vaugirard - Paris 15
De gauche à droite : Annexe de l’université d’Assas : le bâtiment et le grand Amphi, ancienne chapelle.

Toujours debout !

Le collège connu son heure de gloire avec les Jésuites. Le père de Charles de Gaulle y enseigna et le célèbre général y suivit lui-même quelques cours. En 1901, alors qu’une loi interdisant aux congrégations d’enseigner est votée, le collège de l’Immaculée-Conception ferma ses portes. Cependant, le lieu fut toujours dévolu à l’éducation. Si le corps du logis fut remplacé par le Lycée autogérée de Paris, ses ailes demeurent toujours ! Inscrites aux monuments historiques le 2 octobre 1990, elles sont encore utilisées. Celle au 391 rue de Vaugirard, constitue désormais une annexe de l’université d’Assas. L’ancienne chapelle acceuille un amphithéâtre et les dortoirs devinrent des salles de cours. Son symétrique, rue Lacretelle, abrite quant à lui l’université de l’éducation physique et sportive, dont nous pouvons admirer son portail art déco, et les éléments néogothiques du collège. L’hôpital de Vaugirard, ainsi que son parc public, occupent enfin l’emplacement des anciens jardins des jésuites. Il ne tient qu’à vous, désormais, de découvrir ces merveilles éparpillées !

A lire également :

Alexandre Guth
Alexandre Guth
Diplômé d’histoire de l’art et d’archéologie, Alexandre travaille dans le secteur de la culture. Il conçoit notamment des parcours axés sur la découverte du patrimoine citadin (Paris, Prague, Budapest,…). Sur Valgirardin, Alexandre présente chaque mois les lieux insolites du 15ème arrondissement.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Top