Vous êtes ici
Accueil > Culture > Un centre culturel dédié à la mémoire et à l’héritage de Mère Marie Skobtsov

Un centre culturel dédié à la mémoire et à l’héritage de Mère Marie Skobtsov

Centre culturel Mère Marie Skobtsov - inauguration - rue lecourbe Paris 15

Mère Marie, moniale russe orthodoxe, intellectuelle et poétesse, est une figure importante du 15ème arrondissement. A son arrivée à Paris en 1923, elle s’est mise au service des plus faibles en créant un centre d’accueil. Résistante, reconnue Juste parmi les Nations, elle fut déportée et gazée à Revensbrück le 31 mars 1945. Plusieurs décennies après sa mort, l’action et la pensée de Sainte Mère Marie de Paris, canonisée en 2004, sont encore très présents dans les esprits, guidant nombre de croyants et de non croyants. Un Centre culturel vient d’être inauguré rue Lecourbe dédié à sa mémoire et à la transmission de son patrimoine culturel, social, spirituel et caritatif.

« Elle est une femme d’aujourd’hui. Elle pourrait être parmi nous aujourd’hui » explique Ghislène Fonlladosa, ancienne adjointe au maire du 15ème en charge de la Culture, très impliquée dans la préservation de la mémoire de Mère Marie. « Elle me fascine. Sa vie est complètement romanesque »

Centre culturel Mère Marie Skobtsov - inauguration -avril 2019 - rue lecourbe Paris 15
Intervention de Ghislène Fonlladosa, très impliquée dans la préservation de la mémoire de Mère Marie

Mère Marie est « une femme moderne, au parcours étonnant pour l’époque : mariée deux fois, divorcée, mère de trois enfants par des pères différents, moniale enfin » précise Marie Nadia Tchinaev, présidente du Centre culturel nouvellement créé. « Je suis très sensible au fait que par son audace et son courage, elle a repoussé tant de frontières. »

Née en 1891, à Riga en Russie, elle a été la première femme orthodoxe diplômée de théologie à Saint-Pétersbourg, puis première femme élue maire de la ville d’Apana, lors de la révolution Russe. Comme beaucoup de ses compatriotes, elle émigre en France au début des années 1920.

En 1935, elle créa un centre d’accueil venant en aide aux intellectuels et aux émigrés russes défavorisés. Il était situé au 77 de la rue Lourmel dans le 15ème arrt., à côté duquel fut construite une petite église, aujourd’hui disparue. Avec le temps, il devint un centre de vie philosophique et culturel.

Centre culturel Mère Marie Skobtsov - inauguration - chasuble brodée - rue lecourbe Paris 15
Chasuble brodée par Mère Marie

Mère Marie était également une intellectuelle et une artiste. Elle laisse en héritage de nombreux écrits (poèmes, pièces de théâtre,…). Elle était aussi connue pour ses peintures et ses broderies. La plus célèbre et la plus emblématique de ses créations est le Châle de Ravensbrück, qui était exceptionnellement présenté lors de l’inauguration du Centre culturel.

Mère Marie a brodé ce foulard lorsqu’elle était détenue dans le camp de Ravensbrück. Elle a utilisé une aiguille volée dans l’atelier de couture du camp et des fils de soie gainant des câbles électriques volés, aux aussi, dans l’usine Siemens voisine où les prisonnières travaillaient. A la façon de la Tapisserie de Bayeux, elle broda une représentation du débarquement de Normandie dont elle avait entendu parler. Une fois achevé, ce châle fut dissimulé dans le camp pendant près d’un an, avant d’être rapporté par Rosane Lascroux, co-détenue et plus proche amie de Mère Marie.

Centre culturel Mère Marie Skobtsov - inauguration - détail Châle de Ravensbrück - rue lecourbe Paris 15
Châle de Ravensbrück (détail) exposé lors de l’inauguration du centre

Ne passant pas inaperçue, la religieuse au physique imposant était très connue dans le 15ème arrondissement comme l’évoque Ghislène Fonlladosa relatant quelques anecdotes : « Elle allait tous les jours aux Halles chercher à manger avec sa carriole pour ses émigrés et nécessiteux. Elle fumait des cigarettes dans les brasseries de Montparnasse. » Lorsqu’elles se sont rencontrées, Rosane Lascroux lui a décrit Mère Marie ainsi : « c’était une grande baraque toute noire, on ne la comprenait pas toujours, avec un énorme accent russe. C’était une femme formidable. »

Il est impossible en quelques lignes de raconter son parcours en détail et d’expliquer l’influence que sa pensée exerce encore aujourd’hui. Soutenu par la Mairie du 15ème, le Centre culturel Mère Marie Skobtsov, inauguré ce lundi 29 avril, aura pour vocation de valoriser et de transmettre son patrimoine au travers d’actions, rencontres, échanges, et animations diverses. Il jouxte l’église orthodoxe Saint-Séraphin de Sarov, au 91 de la rue Lecourbe.

Centre culturel Mère Marie Skobtsov - inauguration - ouvrages - rue lecourbe Paris 15
Nombre d’ouvrages sont consacrés à Mère Marie

Sa mémoire a déjà été honorée en 2016 lorsque son nom a été donné à une rue du 15ème arrt en 2016, débouchant non loin du 77 rue de Lourmel, où une plaque commémorative avait déjà été apposée en 2003.

« Elle a eu le courage de ses convictions et de rejeter les conventions de l’époque » précise Marie Nadia Tchinaev. « Mère Marie est un modèle de ténacité et de persévérance. Elle nous inspire et nous donne une force motrice dans nos vies. Elle est aussi une représentante de cette émigration russe qui a peuplé Paris durant l’entre-deux guerre. Inscrire son nom dans l’espace public de la Capitale revient à intégrer l’émigration russe dans la mémoire et dans l’histoire officielle de notre société. »

Visuel haut de page : intervention de Marie Nadia Tchinaev, présidente du Centre Culturel, lors de l’inauguration / En médaillon : Mère Marie

Valgirardin.fr
Valgirardin.fr
Valgirardin.fr est le site indépendant consacré à l'actualité du 15ème arrondissement

One thought on “Un centre culturel dédié à la mémoire et à l’héritage de Mère Marie Skobtsov

  1. Voici une magnifique et tellement importante initiative !
    Meilleurs souhaits à tous. De passage à Paris nous viendrons vous rendre visite.
    Veronique Magnes, Ainos Culture Athènes/Oxford

Top