Vous êtes ici
Accueil > Culture > Sorties-Loisirs > Exposition > La Maison Magique : une réflexion sur l’habitat

La Maison Magique : une réflexion sur l’habitat

Maison Magique - atelier Bow Wow - Fiuza Faustino - Maison Culture Japon Paris 15

Atelier Bow-Wow et Didier Fiuza Faustino – La Maison Magique, 2016 © Graziella Antonini

La Maison de la Culture du Japon à Paris poursuit son exploration de l’art contemporain japonais, en s’intéressant cette fois à l’architecture. Cette année l’institution culturelle a initié un cycle d’expositions, Transphère, dont La Maison Magique est le second projet. Les architectes de l’atelier Bow-Wow et Didier Fiuza Faustino ont été réunis afin de travailler et de réfléchir ensemble sur la question de l’habitat. Ils étudient depuis longtemps ce sujet en inventant des « machines /habitats » innovantes et souvent provocantes.

L’installation propose de découvrir deux maisons, l’une ouverte, Chigi House par l’atelier Bow-Wow et l’autre close, inhabitable, A home is not a hole par Didier Fiuza Faustino.

Si la première est accueillante, la seconde exclut. « Elles sont faites de dialogues et de contradictions. L’architecture japonaise est liée à la poésie dynamique entre jeux d’ombre et de lumière » confie Hou Hanru, commissaire de l’exposition et initiateur du projet.

Construites au Portugal, la structure des maisons est en bois, une matière qui invite également à la réflexion sur la gestion des forêts.

Transphere Maison Magique - atelier Bow Wow - Fiuza Faustino - Maison Culture Japon Paris 15
L’atelier Bow-Wow, Didier Fiuza Faustino et Hou Hanru – Chigi House, 2016 © Graziella Antonini

« Au 20ème siècle, l’habitat a été transformée par le processus d’industrialisation. » explique l’architecte de l’atelier Bow-Wow. Avec la Chigi House « l’idée était d’imaginer la maison la plus primitive possible, une maison du 20ème siècle, dédiée à la famille nucléaire. » Elle prend la forme du toit des temples Shinto, « qui relie l’énergie de la terre au ciel. »

Pour sa maison, Didier Fiuza Faustino s’est inspiré de L’Inquiétante étrangeté de Freud, en s’inscrivant en opposition avec la maison ouverte. « L’envie était de travailler sur une anti-maison, en questionnant la stabilité de l’architecture. Nous sommes allés plus loin en laissant l’humain dehors. L’assemblage de la maison, un peu savant, est une formalisation proche de la Guerre des Etoiles. On est entre Robinson Crusoé et la Melancolia de Dürer. Nous avons joué avec la volumétrie afin de la rendre instable. »

Vivre l’expérience de cette Maison Magique est une invitation à la détente, la méditation ou la réflexion, dans une ambiance en clair obscur aux sonorités apaisantes. Des vidéos et une médiatrice culturelle, présente en permanence, apportent informations et explications sur la démarche engagée et le processus de création.

Des ateliers jeunesse et des animations sont organisés en parallèle de cette exposition, qui est à découvrir à la MCJP jusqu’au 30 juillet 2016.


Transphère

Transphère est un cycle d’expositions explorant la création contemporaine japonaise. Les suivantes ont notamment été consacrées à l’innovation dans la mode au Japon et à Albert Camus, un dialogue avec la photographe Tomoko Yoneda qui a revisité les lieux emblématiques de l’écrivain.

Anne-Marie Leca
Anne-Marie Leca
Journaliste, créatrice de Valgirardin.fr, Anne-Marie vit et travaille dans le 15ème arrondissement depuis une quinzaine d’années.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Top