En cercle autour des spectateurs, un concert inédit

En cercle autour des spectateurs, un concert inédit

Les plus grandes salles de concert du monde ont planché jusqu’à en attraper la migraine pour que le confort auditif de leurs auditeurs soit au top. A la Maison de la Culture du Japon à Paris, ce samedi 15 octobre, Gaël Mevel et ses amis musiciens du Cercle vont inaugurer un modèle radical : mettre le public au milieu et jouer en cercle autour d’eux… Explications.

Valgirardin.fr : ce concert de samedi, c’est une première, ou êtes-vous un habitué de l’exercice ?

Gaël Mevel : C’est une première ! Même si j’ai une grande habitude, et beaucoup de goût personnel pour les explorations, les expériences musicales et sonores. Là, ce que nous cherchions avec mon groupe d’amis musiciens c’est à changer la relation entre auditeurs et musiciens.

Mais au-delà de la mise en place inédite, qu’allez-vous proposer à votre auditoire, car vous êtes plutôt un musicien de jazz ?

G.M. : Ce ne sera pas un récital de jazz ! J’ai composé une partition originale, qui est un peu une œuvre de mémoire musicale. S’il faut la définir, je dirais qu’on est entre la musique minimaliste et la musique contemporaine. Avec mon groupe, sur une architecture musicale définie, nous nous autorisons des improvisations, il y a aussi de la musique enregistrée, le tout construit pour former un tout esthétique et global cohérent.

Pourquoi mener cette « expérience » à la maison du Japon ?

G.M. : Je suis fasciné par le Japon et par sa musique. La thématique du concert, c’est de se faire rencontrer la musique d’Extrême-Orient, et d’occident. C’est pourquoi il y aura des extraits de musique de films d’Ozu ou de Kurasawa.

C’est vraiment possible de mêler la musique japonaise et Ravel ou Debussy ?

G.M : Pour moi ça n’a pas été difficile parce que je passe naturellement et couramment d’un « genre » musical à l’autre… Et je pense que nous sommes aujourd’hui de plus en plus dans un mouvement de « décloisonnement » des musiques. Et c’est tant mieux.

Il y a deux concerts ce même samedi, l’un à 16h30, l’autre à 20h, il y aura-t-il des différences, ou dit autrement, comment choisir ?

G.M. : Ce sera le même… qui sera j’espère assez différent ! Dans la mesure où nous sommes, les sept musiciens, dans une marge d’improvisation, même si l’intention est la même, le résultat sera forcément différent. Si vos lecteurs ne savent pas à quel concert venir, qu’ils viennent aux deux !

Laissez votre commentaire
Commentaire
Nom
E-mail