Population toujours en baisse dans le 15e parisien en 2020

Population toujours en baisse dans le 15e parisien en 2020

Même s’il continue à perdre des habitants, le 15e arrondissement de Paris est toujours le plus peuplé de la capitale, selon les chiffres du recensement millésime 2020 publiés par l’INSEE et entrant en vigueur au 1er janvier 2023. Quelque 6 450 personnes ont quitté le 15e, entre 2014 et 2020, passant de 237 636 à 231 186 habitants.

Cette baisse démographique se poursuit depuis 9 ans dans l’ensemble de la capitale. Avec une perte moyenne de 12 400 habitants par an, Paris passe de 2 243 739 habitants en 2014 à 2 162 598 six ans plus tard. L’INSEE explique que les principales raisons de ce désamour parisien sont “le coût élevé du logement à Paris, l’offre réduite de logements de grande taille pour les familles et la recherche d’un autre cadre de vie.”

Si l’on compare les chiffres de la population avec l’année 2019, 19 576 habitants sont partis de Paris, dont 1 482 dans le 15e. Les arrondissements qui en ont perdu le plus sont le 10e avec 2 990 personnes en moins, suivi du 20e (-2 874) et du 16e (-2 656).

Au 1er janvier 2020, les arrondissements les plus peuplés, après le 15e, sont le 20e avec 193 044 habitants, suivi du 18e avec 191 911 habitants. L’INSEE précise que les recensements étant effectués en janvier et février, les chiffres de la période 2014-2020 ne sont pas affectés par la crise de la Covid19.

A lire aussi :

  • anacrouse

    anacrouse

    08/01/2023

    La perte d’habitants parmi lesquels les familles qui peinent à se loger est une réalité. j’ai emménagé voici 30 ans dans l’arrondissement, en location dans un immeuble d’un bailleur institutionnel. cadres moyens nous avons pu obtenir un logement sans problème. Maintenant, 30 ans pares, mon bailleur attend avec impatience que je déménage pour augmenter de manière délirante le prix du loyer, sans pour autant avoir amélioré la qualité de notre immeuble, bien au contraire.
    Alors oui, sauf à avoir deux emplois particulièrement bien payés, parfois, ne plus habiter Paris n’est pas un choix mais une obligation.

Laissez votre commentaire
Commentaire
Nom
E-mail