Vous êtes ici
Accueil > Culture > Histoire / Patrimoine > Le mystère du square Paul Gilot à Paris 15ème

Le mystère du square Paul Gilot à Paris 15ème

Square Paul Gilot - plaque - Paris 15

Parmi les parcs du 15ème arrondissement de Paris, il existe un petit square de 860 m² au 38, rue de la Convention. Vous y découvrirez un étonnant kiosque entouré de bambous évoquant une pagode. Mais ce petit jardin, tout près de l’ancienne Imprimerie Nationale et de l’église Saint-Christophe de Javel, ne constitue pas qu’un agréable lieu de promenade.

Il s’agit avant tout d’un espace vert à l’histoire aussi émouvante qu’intéressante, d’autant qu’un mystère plane sur ce jardin…

Le panneau à son entrée rue de la Convention indique que « Le nom de ce square rend hommage à Paul Gilot (1888-1938), ingénieur de la Compagnie des Glaces et Verres spéciaux de France ». Cette même plaque précise que la création de ce jardin public date de 1926, alors que l’ingénieur dont il honore la mémoire était encore en vie. Nous pouvons dès lors nous demander si ce square rendait initialement hommage à une autre personne, puis a ensuite changé d’attribution.

Square Paul Gilot - kiosque - Paris 15
Kiosque en forme de pagode

Pour tenter de répondre à cette question, il faut nous pencher sur l’histoire du lieu. Le 6 septembre 1904, un dénommé Célestin Gilot acheta ce jardin tandis qu’il demeurait au 58, rue Alphonse (désormais rue Sébastien Mercier). Quand Célestin décède le 9 mai 1907, sa veuve Marie-Catherine Lafontaine devient la propriétaire de cet espace vert. Après sa mort le 18 novembre 1923, la ville de Paris hérite du jardin conformément à sa volonté :

« Je donne à la Ville de Paris mon jardin situé en face de l’Imprimerie Nationale au n°38 rue de la Convention et 43, rue Sébastien Mercier ainsi que le Kiosque qui y est aménagé. Le jardin devra porter le nom de Paul Gilot et le Kiosque conserver le plus longtemps possible […] il devra toujours porter le nom de mon fils Paul Gilot, c’est ma volonté expresse. »

Le mystère semble dès lors résolu ! L’ingénieur Paul Gilot serait le fils de Célestin Gilot et de Marie-Catherine Lafontaine. Sauf que…

A son décès, trois légataires universels sont connus. Le nom de l’ingénieur Paul Gilot, pourtant encore en vie en 1923, n’y apparait pas. S’agit-il réellement de son fils ?

Dans les actes d’état civil de la famille Gilot, nous y apprenons que Célestin Gilot et Marie-Catherine Lafontaine eurent trois enfants : Marie-Rose (morte en bas-âge en 1873, Jean-Paul (1872-1873) et enfin… Paul Gilot !

Une interrogation demeure cependant. Ce Paul Gilot naquit en 1873. Grâce à son dossier militaire, nous savons qu’il a appartenu au 14ème régiment de Dragons jusqu’à son décès en 1905. Ces dates ne correspondent donc pas à celles de naissance et de mort de l’ingénieur éponyme (1888-1938) mentionné sur la plaque du square.

Paul Gilot - Cimetière de Grenelle - Paris 15
Portrait de Paul Gilot dans le caveau familial du cimetière de Grenelle

Nous nous sommes alors rendu au caveau familial situé dans le cimetière de Grenelle pour en apprendre davantage. Il comprend les tombes de Célestin Gilot, de Marie-Catherine Lafontaine et de leurs enfants Marie-Rose, Jean-Paul et Paul Gilot. Ce dernier y est représenté sur un vitrail en tenue de sous-lieutenant du 14ème régiment de Dragons, confirmant les informations de son livret militaire.

Dans ces recherches, nous n’avons trouvé aucune trace de l’ingénieur Paul Gilot. La piste d’un quatrième fils qui aurait également porté ce prénom est donc certainement à exclure.

Pour résumer, Marie-Catherine Lafontaine a légué en 1923 son jardin à la ville de Paris. En échange, l’espace vert devait rendre hommage à son fils Paul Gilot mort en 1905 et non à l’ingénieur éponyme, décédé en 1938, qui ne serait pas son enfant.

Comment expliquer ce changement de dénomination ? Nous n’avons retrouvé aucune délibération du Conseil de Paris actant l’attribution de ce nom Paul Gilot, ingénieur, au square éponyme.

Square Paul Gilot - grille - Paris 15
Grille du square avec les initiales « PG »

Ce lieu conserve toujours sa part de mystère, comme ces initiales « P.G. » ornant le kiosque et les grilles du jardin. Même si nous nous doutons de leur signification, nos recherches n’ont donné aucune explication. Il s’agit néanmoins d’un petit square élégant à l’histoire poignante, hommage d’une mère à son fils décédé. À l’occasion d’une promenade en ce lieu, vous pourrez vous remémorer cette belle et triste histoire.

Si vous voulez à votre tour mener l’enquête, n’hésitez pas à nous contacter pour obtenir les références des actes mentionnés, consultables sur le site des Archives de la ville de Paris. Et surtout, n’hésitez pas à nous faire part de vos hypothèses ou recherches personnelles sur le mystère du square Paul Gilot !

Merci à eslphoto.events pour les photos.

A lire également :

Alexandre Guth
Alexandre Guth
Diplômé d’histoire de l’art et d’archéologie, Alexandre travaille dans le secteur de la culture. Il conçoit notamment des parcours axés sur la découverte du patrimoine citadin (Paris, Prague, Budapest,…). Sur Valgirardin, Alexandre présente chaque mois les lieux insolites du 15ème arrondissement.

One thought on “Le mystère du square Paul Gilot à Paris 15ème

  1. Je penche tout simplement pour une erreur au moment où on a fait la plaque explicative posée à l’entrée du parc. Une recherche clôturées un peu hâtivement et hop ! c’est trop tard, mais cela pourrait se réparer ! Encore plus facilement s’il y avait des descendants le demandant, mais même sans.

Laisser un commentaire

Top